3 défauts pour entreprendre

Sieste lightSi vous entrez « qualités de l’entrepreneur » dans un moteur de recherche sur Internet, ce n’est pas moins de 3 millions de résultats qui vous indiqueront comment être un bon entrepreneur !

Le message est donc rédhibitoire : si vous n’avez pas ces qualités, ce n’est même pas la peine d’essayer ! Peut-être un symptôme d’une société qui n’aimerait pas l’erreur. À contre-pied  je voudrais envoyer un message aux futurs entrepreneurs : il existe des défauts d’entrepreneurs. Et qui plus est, des défauts qui les ont fait réussir.

 

C’est tout de suite plus facile, parce que l’on connaît bien mieux ses propres défauts que ses qualités.

Alors en voici quelques uns d’une liste non exhaustive que je vous laisse poursuivre.

 

La paresse

 

C’est le premier défaut qui m’est apparu comme indispensable. Pour certains, elle est « mère de tous les vices », pour moi elle est source du progrès. Regardez bien la plupart des inventions, il en a fallu de la paresse à ceux qui les ont trouvées : l’ascenseur qui permet de monter sans effort ; la voiture, le train ou l’avion qui permettent de réduire les distances ; les moyens de communication qui nous font passer plus de temps à bavarder qu’à travailler !

 

L’entêtement

 

Les nombreux témoignages d’entrepreneurs nous racontent qu’ils ont dû surmonter les multiples obstacles jusqu’aux faux conseils de prudence de leur entourage. Vous le savez, la difficulté est bien présente dans le parcours de la création d’entreprise et bien des candidats ont cédé aux sirènes faciles de la trop grande prudence. Alors quitte à être fou de vouloir s’éloigner du troupeau, autant le faire avec panache… en étant têtu !

 

La paranoïa

 

Celui-là, bien des candidats entrepreneurs savent qu’ils le possèdent déjà. Félicitations ! Vous allez pouvoir en faire quelque chose. Dans son plus récent ouvrage « Great by Choice »,  Jim Collins constate que les plus grandes entreprises mondiales avaient une politique stratégique bien spécifique. Il conseille en conséquence aux chefs d’entreprise de toujours se méfier de leur plan, d’imaginer que cela n’arrivera presque jamais comme on le pensait. C’est d’ailleurs l’argument de beaucoup d’entrepreneurs pour ne pas avoir à construire un business plan. « À quoi ça sert, puisque de toute façon, ça ne se réalisera pas comme ça ?!». Mais la paranoïa productive vous poussera plutôt à faire deux ou trois business plan, juste au cas où. Cette « paranoïa productive » vous aide donc à imaginer tous les scenari possibles vous préparant ainsi mieux à l’avenir… et à la réussite.

 

Alors n’ayez plus peur d’entreprendre en vous appuyant sur vos défauts, vous découvrirez ainsi les qualités qu’ils cachent !

 

Maxime Jore,

Enseignant-chercheur en Intrapreneuriat à Novancia

 

 

Crédit Photo : Fotolia / CCI Paris Ile-de-France

4 réponses à “3 défauts pour entreprendre”

  1. privee vente dit :

    La paresse c est osé comme qualité mais pourquoi pas , au final c est de l optimisation. Qui peut amener a un meilleur process de vente et de gestion produit.

  2. Brico dit :

    Bonjour,

    Je suis en partie d’accord avec les défauts défendus dans cet article. Cependant, le premier, la paresse n’est pas forcément très développé dans cet article. Autant je pense que la paresse permet de sortir d’un cadre et d’imaginer d’autres débouchés (c’est aussi le cas de l’informatique par exemple) mais uniquement au stade de la recherche de l’idée.

    Une fois la structure montée, une personne qui reste paresseuse va vite déléguer le travail qu’elle devrait elle même réaliser (comme le commercial) et échouera confortablement. Aussi je pense qu’il est nécessaire d’être paresseux avant d’être entrepreneur et de pouvoir foncer une fois qu’on a franchi la barre de la création d’entreprise.

    • Je suis d’accord avec ce commentaire …

      D’après moi ces exemples illustrent l’envie d’améliorer les conditions de vie et non la paresse de l’entrepreneur ! Il faut au contraire être travailleur ;-)

      D’autres avis ?

      Par contre totalement d’accord avec les deux autres.

      • Maxime Jore dit :

        Bravo à tous les deux, vous avez bien compris qu’il s’agissait d’un défaut concernant davantage le côté innovateur de l’entrepreneur que la dimension de gestion.

        On a tous les défauts de nos qualités, et c’est bien pour cela que la paresse cache chez certains entrepreneurs une véritable suractivité potentielle ou effective.

        Enfin, si l’entrepreneur est paresseux sur l’activité commerciale qu’il devrait réaliser lui-même, je lui donne pas cher de tous les efforts qu’il pourra investir dans ce domaine. « Rien de grand ne se fait sans passion » écrivait un célèbre entrepreneur toujours de ce monde. Cela concerne également le développement commercial.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Culture RP » Redoubler de créativité quand il n’y a pas d’actualité - [...] à des sujets originaux qui sortent des sentiers battus : les monastères qui font du marketing, les défauts pour ...

Laisser une Reponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Image CAPTCHA

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>